DIEU EST UN EXTRATERRESTRE

 

 

Au quatrième jour de la Création, Elohim aurait créé le soleil, la lune et les étoiles, soit après la création du continent originel ( 3ème jour) sur une planète Terre jusqu’alors entièrement recouverte par les eaux d’en haut et les eaux d’en bas ( 1er et 2ème jour).

Explication : le soleil, la lune, les étoiles ne deviennent visibles de la Terre que seulement à partir du 4ème jour de la création, suite aux premiers grands travaux effectués par Elohim (Elohim injustement traduit «  dieu »  par certaines Bibles, veut dire en Hébreu « ceux qui sont venus du ciel » et est bel et bien au pluriel).

Si dès le 1er jour la lumière était visible, en revanche (pour un observateur placé sur Terre) il était impossible de discerner les sources de la lumière à cause des couches nuageuses et brumes épaisses enveloppant la planète. L’émergence d’un immense continent unique originel (accompagnée de pluies diluviennes) puis la création d’une végétation de plus en plus abondante modifièrent considérablement le climat et la composition de l’atmosphère terrestre, de sorte que les astres devinrent des foyers de lumière visible de la Terre. C’est ainsi qu’au 4ème jour, Elohim fit le grand luminaire, le petit luminaire, et aussi les étoiles.

Le cosmos n’a pas plus été créé que le soleil, la lune et les étoiles. « Au commencement, Elohim créa les cieux et la terre » Genèse I – 1). Ils ont « créé », découvert en réalité la terre et se sont rendu compte qu’elle réunissait tous les éléments nécessaires à la création d’une vie artificielle.

 

La principale erreur de l’église chrétienne est d’avoir traduit un nom pluriel en hébreu, « Elohim », par « Dieu » au singulier. L’Ancien Testament, (en hébreu) de la bible témoigne d’avantage d’une tradition Iahvéiste ( le culte de Iahvé). Néanmoins, la bible témoigne aussi d’une tradition Elohiste.

Les chrétiens ont le plus souvent traduit « les Elohim » par « les dieux » lorsque « les Elohim » désigne les êtres de la cour céleste de Iahvé. Et lorsque dans le texte « les Elohim » désigne toute l’espèce des Elohim du ciel dont Iahvé fait partie (sans désigner un être unique en particulier) les traductions chrétiennes ont purement et simplement remplacé « les Elohim » par « Dieu » au singulier ( Genèse 42,18 ; 1 Samuel IV 7-8 ; 2 Samuel VII 23).

Si Iahvé porte comme un nom de famille un nom pluriel en hébreu : « Elohim » c’est parce qu’il est appelé ici ou là : « l’Elohim des Elohim » ce qui voulait dire le représentant de tous les Elohim du ciel (Iahvé est quelquefois appelé « Eloha » qui est le singulier de Elohim).

Donc le pluriel et omniscient Elohim a créé toute la vie sur terre à partir de l’inerte (poétiquement dans le texte : à partir de  « la poussière de la terre ») et pour finir, des êtres à leur image, mâle et femelle à leur ressemblance.

Les bonnes traductions conseillées de la bible sont : l’Ancien Testament d’André Chouraqui, ainsi que le Nouveau Testament d’Edouard Dhorme (collection La Pléiade).

Au niveau des Psaumes VIII 5-6 il semble que Dhorme a mieux traduit «  Qu’est-ce donc que l’homme pour que tu t’en souviennes… ?  Tu l’as fait de peu inférieur aux Elohim ».

Chouraqui : « Mais tu lui fais manquer de peu d’être un Elohim ».

Une bible protestante : «  Or tu l’as fait presque l’égal des anges.

 

La seconde principale erreur de l’église chrétienne est d’avoir immatérialisé Dieu et inventé le dogme de la Sainte Trinité selon lequel Dieu est à la fois unique et en trois personnes : Dieu le Père, Dieu le Fils, et Dieu le Saint Esprit, autrement dit Jésus serait le fils d’un Dieu le Père immatériel, tout puissant, matérialisé sur Terre en Dieu le fils par l’opération du Saint Esprit. Le dogme de la trinité chrétienne n’est pas conforme aux paroles de Jésus, car Jésus ne se prenait pas pour le bon Dieu, sa cause était plus importante que lui-même, il ne venait pas témoigner de lui mais de son père qui est dans le ciel, il ne savait pas tout ce que savait le Père, son père est plus grand que lui ( Mathieu XXIV 36 ; Luc XVIII 18-19 ; Jean V 30-31 ; Jean XII 49 ; Jean XIV 28). Nos ancêtres primitifs croyaient divins, tout puissants, les êtres venus du ciel, mais la bible ne témoigne pas qu’ils sont immatériels, bien au contraire (Genèse VI 1 à 4 ; Genèse XVIII ; Juges XIII ; Aux Hébreux XIII 2 ).

 

La troisième grande erreur de l’église chrétienne est de n’attendre aucune révélation nouvelle porteuse d’un message final mettant fin au mystère de Dieu et prévue pour le temps dit de la fin qui est notre époque, d’après les signes annoncés. L’âge de l’apocalypse nous y sommes, c’est l’âge de la Révélation ! (du grec apocalupsis = révélation et non pas fin du monde).

 

Et pourtant, les passages intéressants ne manquent pas dans la bible : Daniel XII 4 ; Sagesse de Salomon VI 22 ; apocalypse X 4 et 7.

Jésus qui est appelé « un paraclet chez le Père » (1ère épitre de Jean II 1) annonce la venue après lui « d’un autre paraclet » qui enseignera toute la vérité ( Jean XIV et XVI ).

Dans la bible, des moyens de déplacement des célestes sont décrits par des primitifs et font penser à nos actuels OVNI avec leurs caractéristiques et des effets au sol (la nuée, les chars de feu, les roues dans le ciel, les êtres volants, les rouleaux dans le ciel).

La vérité finale était déjà contenue en grande partie dans la bible : Dieu sont des êtres à notre image, venus du ciel, bien matériels, bien charnels : des extraterrestres.  Il y est fait allusion une fois à des femmes Elohim (Zacharie V 9).

 

LES ELOHIM ONT DECOUVERT LA TERRE, ONT ETUDIE PUIS AMENAGE LA PLANETE POUR Y CREER LA VIE (Genèse I 21  ) GRACE A LA SCIENCE GENETIQUE ( Genèse  II 7 ; III 2 à 7 et  22).

Jean-Louis J.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :