LA PHILOSOPHIE RAËLIENNE RECONNUE D'INTERET PUBLIC


 
L'émission TV interMédias sur RTBF propose ce vendredi 26 février un reportage sur l'expérience du "jeu de la mort" et démontre que la philosophie raëlienne est d'intérêt public et que les enseignements de Raël permettent de protéger les hommes du danger de la soumission à l'autorité
.
 
Ce film transpose, dans l’univers de la télé-réalité, l’expérience du psychologue américain, Stanley Milgram, qui mit en évidence dans les années 60 la dangerosité de la déresponsabilisation.
Le concept de ce jeu est terrifiant, et les conclusions que l'on en tire sont accablantes et révèlent le caractère indispensable des enseignement raëliens.  Les candidats sont isolés par deux, pensant participer ensemble à une expérience scientifique, sous la surveillance d'un prétendu neurologue (idéalement vêtu d'une blouse blanche). L'un des deux candidats est soumis à une série de questions faisant appel à sa mémoire, et se voit infliger une décharge électrique par le candidat qui l'interroge, chaque fois qu'il formule une mauvaise réponse. Cette décharge est croissante au fur et à mesure du test. 
Le candidat soumis à la "question" est en réalité un comédien, qui simule la souffrance tout au long de l'exercice, sous le regard de son binôme, qui lui, est le véritable sujet de l'expérience.
Dans l'expérience de Milgram, il y a 50 ans, 62% des "interrogateurs" allaient jusqu'au terme de l'expérience, en infligeant la décharge maximale à leurs "victimes", en dépit des supplications  du "questionné" tandis que 58% refusait d'obéir au responsable de l'expérience et cessait de participer.  Aujourd'hui, les résultats dépassent l'entendement: soumis à un animateur directif, les participants sont 80% à aller au bout de l'expérience et se révèlent être de vrais tortionnaires sous l'autorité d'un "responsable".

Ceci démontre ce que Raël explique depuis 25 ans, à savoir que notre humanité est en danger, faute de conscience. La déresponsabilisation qui résulte de la soumission à l'autorité peut conduire aux pires horreurs, aujourd'hui, plus encore qu'il y a 50 ans, époque à laquelle, rappelons, les crimes nazies faisaient un à un surface.  
"
En 50 ans, le niveau de conscience a stagné, et cette émission démontre que très peu de gens, même en France aujourd'hui, ont la présence d'esprit de dire NON à une autorité arbitraire et violente. Aucune valeur religieuse ou morale n'incite ces candidats à refuser de se conformer à ce qui leur a été demandé. La majorité d'entre eux se sont déresponsabilisés et n'ont en aucun cas pris conscience de la gravité de leurs actes de torture". 
Aujourd'hui plus que jamais, la religion Raëlienne met en garde contre ce phénomène et continue de prôner l'anticonformisme et la responsabilisation. Nous sommes entièrement et pleinement responsables de nos actes. Il est donc indispensable d'éveiller sa conscience de sorte à ce qu'aucune forme d'autorité ne puisse nous faire agir à l'encontre de ce que nous sommes, et justifier des actes de violence.  
L'autorité, qu'elle soit médiatique, politique, culturelle, religieuse ou divine (pour les théistes), doit systématiquement faire l'objet d'un examen et ne doit en aucun cas décharger l'individu de ses responsabilités individuelles. La non-violence et le respect absolu d'autrui sont deux valeurs essentielles à l'être humain, et deux valeurs centrales de la religion raëlienne. La religion raëlienne enseigne dans ses livres l'expérience de Milgram afin de rappeler ces fondamentaux : aucune conscience ne saurait être déléguée à une instance qui nous est extérieure, fusse-t-elle reconnue comme supérieure. Il en va de notre liberté individuelle et collective, et plus encore, de la sauvegarde de l'humanité.
Pour plus d'information : www.rael.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :